Et maintenant la fin.


Le Premier Corps de Cavalerie a fortement tapé dans la première ligne coalisée. la Jeune Garde, l'un des deux corps, arrive pour effectuer la percée. Il eût fallu peut-être faire le contraire.

QUoiqu'il en soit, la situation s'est équilibrée. Même si les coalisés ont pris cher face aux masses de rupture françaises, leur ligne tient encore, soutenue par les grenadiers d'une part, même s'ils ont aussi sacrément morflé, et le corps de réserve autrichien, grenadiers moustachus et hongrois à tresses, ainsi que les cuirassiers autrichiens. Nul doute que cela sera suffisant pour arrêter les premières vagues françaises.

Car nul ne peut ignorer maintenant que les coalisés obtiendront au mieux un match nul, ce qui est le résultat historique.


Mais la Garde russo-prussienne attaque violemment Lieberkwolkwitz, est repoussée, revient à la charge.

A la gauche française, Mac Donald et Sébastiani n'en peuvent plus.

Sa majesté décide d'y envoyer un corps de jeune garde pour rétablir la situation, ainsi que la cavalerie de pajol un peu en arrière.

Mais les dragons de Pajol ne feront pas le poids face aux chevaliers-gardes, gardes à cheval, cavalerie légère de la garde russe, cuirassiers russes, garde à cheval prussienne, soit environ 45 Points de Force, 6.000 cavaliers d'élite.


La cavalerie de la garde Française est alors envoyée en arrière de Lieberkwolkwitz et de Wachau, entre les deux, pour parer à toute situation, irruption de la garde russe à cheval passant sur les débris de Victor et de Lauriston par leur gauche. Mais cette cavalerie seule pourra être contrée, le temps qu'elle se débarasse des restes des deux corps français et de la cavalerie de Pajol.

Mais si les cuirassiers autrichiens passent à l'assaut en conjonction, la partie risque d'être moins drôle pour la garde française, surtout si Lieberkwolkwitz est pris par la garde russe.

Qu'importe!!! La Vieille garde calmera les ardeurs des plus récalcitrants.

Peu de photos pour cette dernière fournée.

 

20130608_172907

Klenau a dépassé les restes de Sébastiani. La moitié de son corps ne peuvent plus avancer et se rallient sur l'arrière de l'armée, pendant que le reste poursuit sa pression sur Mac Donald

 

20130608_172917

Napo a beau expliquer les raisons du match nul, c'est une Grande Victoire Autrichienne. En effet, le fait d'être sur le champ de bataille à la tombée de la nuit est une victoire. Si en plus, l'armée autrichienne n'a pas atteint son Seuil de Rupture, c'est une grande victoire.

 

20130608_174855

La poussée est forte sur la gauche coalisée, mais la gauche française n'en peut plus

 

 

20130608_184856

La situation à la fin de la bataille. Peut-être les français pourront sortir l'armée russo prussienne, remportant là une victoire tactique. Mais attention, Si Lieberkwolkwitz tombe, il faut faire attention qu'un autre village ne tombe pas aux mains des coalisés, cela scellerait la défaite de l'armée française...

Et voilà, c'est fini pour ce soir.


Demain, un peu de Bolt Action, j'ai passé mes commandes.

Puis, un ou deux résumés du dimanche, avec quelques réflexions sur le scénario a modifier pour fin octobre.

Puis... on verra

Pluche

Fred